Causses & Cévennes - sud Massif Central

Causses Cévennes

Vacation in the Gorges du Tarn, Causses & Cevennes

Flora in the Cevennes

This article hasn't been translated yet

Constituant la limite sud du Massif Central, les vallées cévenoles bénéficient d'une nette influence méditerranéenne.  
Elles contrastent particulièrement avec les régions plus méridionales voisines, notamment par la dominance du schiste qui forme des reliefs particulièrement escarpés malgré l'altitude peu importante de ce massif.

Comment parler de la végétation des vallées cévenoles sans commencer par le chêne vert (Quercus ilex). Essence dominante naturelle des régions méditerranéennes, l'yeuse règne sur tous les coteaux bien exposés.
Les paradoxes de la nature font de son bois l'un des meilleurs combustibles qu'il soit, alors qu'il pousse sous des climats relativement doux !
Dans les Cévennes, sa flore compagne est particulièrement peu variée, notamment à cause de son couvert dense. On y rencontre diverses lianes, rendant souvent ces sous-bois impénétrables.

La garance voyageuse (Rubia peregrina), proche cousine de la garance des teinturiers dont les racines fournissaient une teinture rouge, en fait partie. C'est une espèce parfois envahissante, ne se contentant pas des couverts forestiers puisqu'on la croisera aussi en lisière et dans les maquis.
Autre liane, la salsepareille (Smilax aspera), la célèbre herbe des Schtroumpfs n'a vraiment rien d'appétissant, avec ses feuilles vernissées et tachées de clair, armées d'aiguillons.

Par contre le tamier (Tamus communis) est parfois consommé à la manière des asperges. Mais il faut bien reconnaître que même les toutes jeunes pousses de cette herbacée grimpante restent amères ; la plante adulte est d'ailleurs toxique et possède des propriétés antiechymotiques, d'où son nom vernaculaire " d'herbe aux femmes battues ".

Les amateurs de fougères remarqueront aussi une espèce voisine du capillaire noir, l'asplénium onoptéris (Asplenium onopteris), qui se reconnaît à ses frondes beaucoup plus fines aux extrémités, lui conférant un port " plus aérien ".

 

Si le botaniste présente en premier lieu le chêne vert et son cortège, l'ethnologue donnera la primauté au châtaignier (Castanea sativa), l'arbre à pain des Cévennes.
Cet arbre a longtemps été la base de l'économie rurale cévenole, fournissant bois d'œuvre et de chauffage et surtout la châtaigne, aliment principal durant la majeure partie de l'année.

Aujourd'hui, l'ensemble de la châtaigneraie cévenole est relativement dégradée, à l'exception des vergers entretenus par quelques producteurs.
Ici, comme sous le chêne vert, la diversité floristique n'est pas très élevée.

Toutefois, ces sous-bois s'illuminent en automne des grandes fleurs jaunes des sauges glutineuses (Salvia glutinosa). Cette espèce, assez peu répandue en France, est très abondante dans les Cévennes. Fréquente aussi, mais de préférence en lisière, l'aristoloche ronde (Aristolochia rotunda) est bien plus discrète, ses fleurs brunes n'attirant guère le regard. C'est toutefois une plante fort élégante pour qui sait l'admirer

Aristolochia rotunda
Aristolochia rotunda

ERICA ARBOREA
Erica arborea

Milieu plus ouvert, le maquis est une autre constante des paysages cévenols.

On y rencontre quatre espèces de bruyères, constituant souvent l'essentiel de ces milieux.

La plus abondante est la bruyère arborescente (Erica arborea) panachant de petits nuages blancs les coteaux siliceux de notre région au début du printemps.

CALUNA VULGARIS
Calluna vulgaris
La bruyère à balais (Erica scoparia) ne signale sa discrète floraison au promeneur que par les fines pluies de pollens qu'elle abandonne au moindre contact avec sa ramure. Elle se distingue de la première par ses rameaux glabres (sans poils), tandis que ceux de la bruyère arborescente sont légèrement cotonneux.

ERICA SCOPARIA
Erica scoparia

ERICA CINEREA
Erica cinerea

La bruyère cendrée (Erica cinerea) et la callune (Calluna vulgaris) sont aussi bien représentées dans ces maquis. Parmi les arbustes fréquents de ces milieux, les filaires (Phillyrea angustifolia & P. latifolia) sont des espèces proches des troènes.
L'arbousier (Arbustus unedo) ne doit pas être confondu avec l'argousier arbrisseau drageonnant et épineux croissant sur les sables littoraux et les rives du Rhône. L'arbousier est aussi appelé arbre aux fraises, car ses fruits rouges et comestibles en novembre rappellent ceux du fraisier.

CISTUS SALVIFOLIUS
Cistus salviifolius

Autre arbrisseau très fréquent. le ciste à feuilles de sauge (Cistus salviifolius), aux élégantes fleurs blanches. Bien plus rares sont les cistes de Pouzolz (Cistus pouzolzii) et à feuilles de peuplier (Cistus populifolius), tout deux protégés.

CISTUS POUZOLZII
Cistus pouzolzii

Le premier doit son nom au botaniste De Pouzolz auteur d'une flore gardoise en 1862. Cet arbrisseau reste bas et se reconnaît à ses feuilles grises et ondulées. Le second est au contraire un arbuste bien plus vigoureux aux feuilles pétiolées et en cœur à la base.

CISTUS POPULIFOLIUS
Cistus populifolius

Toujours dans la famille des cistes (Cistacées), les halimiums sont représentés dans la région par l'halimium fauxalysson (Halimium lasianthum subsp. Alyssoïdes) et l'halimium en ombelle (Halimium umbellatum).

ARDENOCARPUS COMPLICATUS
Adenocarpus complicatus subsp. commutatus

Quittons les Cistacées, pour signaler une Papillonacée caractéristique de ces milieux, et dont les Cévennes partagent, avec le Vivarais, une sous-espèce endémique : l'adénocarpe (Adenocarpus complicatus subsp. commutatus).
Il forme de superbes buissons aux grappes de fleurs jaunes précédant de surprenantes gousses couvertes de poils glanduleux.

Intimement liées aux maquis, les zones rocheuses hébergent une multitude d'espèces, remarquables autant par leurs aspects que par leurs nombreuses adaptations (succulence, réduction de la surface foliaire, port en coussin, production d'essences volatiles...).

Les orpins, plantes succulentes de la famille des Crassulacées, en sont la parfaite illustration. Dans les Cévennes, on en rencontre fréquemment huit espèces. Parmi celles-ci, citons l'orpin à feuilles courtes (Sedum brevifolium), formant sur murs et rochers de petits coussins grisâtres à rougeâtres.

SEDUM BREVIFOLIUM
Sedum brevifolium

SEDUM HIRSUTUM
Sedum hirsutum

En France, il n'est présent en dehors des Cévennes que dans les Pyrénées et la Haute-Vienne.
L'orpin hérissé (Sedum hirsutum) mérite aussi d'être cité: il se reconnaît à ses feuilles hérissées de petits poils.
Le muflier asaret (Asarina procumbens), curieuse petite gueule-de-loup jaune aux feuilles arrondies est très fréquent dans la région. Il s'agit d'une plante endémique du Sud de la France et du nord-est de l'Espagne.

DIANTHUS GRANITICUS
Dianthus graniticus

En début d'été, ces rochers sont un véritable festival de couleurs, lorsque se marient les coussins roses de l'oeillet du granit (Dianthus graniticus), et le jaune vif  de l'andryale à feuilles entières (Andryala integrifolia), jolie Composées au feuillage cendré.

ANDRYALA INTEGRIFOLIA
Andryala integrifolia

UROSPERMUS DALESCHAMPII
Urospermum dalechampii

Cendrées aussi, les feuilles de la centaurée en peigne (Centaurea pectinata) dont les fleurs rosées accompagnent aussi les précédentes. Elle doit son nom aux appendices de ses bractées qui sont complètement recourbés, rappelant effectivement un peigne.
Cette période marque la fin de la floraison d'une espèce fort remarquable par ses fleurs rappelant celles d'un gros pissenlit d'un jaune très typique, l'urosperme de Daléchamps (Urospermum dalechampii).

Les zones de suintements des rochers siliceux sont particulièrement précieuses et abritent tout un cortège d'espèces rares et protégées, notamment des ptéridophytes (fougères et plantes alliées).

OPHIOGLOSSUM AZORICUM
Ophioglossum azoricum

C'est le cas de l'ophioglosse des Açores (Ophioglossum azoricum) et de l'isoète de Durieu (Isoetes duriaei) toute deux très discrètes et protégées. L’ophioglosse se contente de produire une fronde en forme de langue, surmontée d'un petit épis portant les spores, le tout mesurant moins de 13 cm.
L’isoète posséde des feuilles linéaires se confondant avec celles des graminées et des scilles. A peine plus fréquents. les cheilanthes sont représentés dans les Cévennes par le cheilanthe de Tinéo (Cheilanthes tinaei) et le cheilanthe d'Espagne (Cheilanthes hispanica). Ces fougères ont la particularité de se dessécher et de pouvoir redevenir vertes dès qu'il pleut, à la manière des mousses. C'est la capacité de reviviscence.

IMPATIENS ROYLEI
Impatiens balfourii

Terminons ce petit aperçu par quelques mots sur les plantes introduites.
La douceur du climat permet en effet l’installation de nombreuses espèces non indigènes. Parmi les ornementales " échappées " des jardins, citons les impatiences (Impatiens balfourii & I. glandulifera) et le pavot de Californie (Eschscholtzia californica).

IMPATIENS BALFURII
Impatiens balfourii

EUPHORBIA MACULATA
Euphorbia maculata

Mais l'on rencontre aussi des graminées tropicales (Sporolobus indicus, Paspalum dilatatum...), des euphorbes naines nord-américaines (Euphorbia maculata), tout ce petit monde prospérant essentiellement aux bords des routes ou des cours d'eau.
Toutefois certaines de ces introduites peuvent devenir envahissantes, voire même de véritables pestes végétales. C'est le cas, par exemple du robinier (ia pseudoacacia), colonisant de nombreuses ripisylves (forêts riveraines).

ROBINIA PSEUDOACACIA
Robinia pseudoacacia

 Consciente de ces richesses, l'association " La Garance Voyageuse " organise ponctuellement animations et initiations à la botanique dans la région.

La Garance Voyageuse publie aussi une revue trimestrielle du même nom, où à travers des articles d'approches variées, il est question de sensibilisation et de vulgarisation au monde végétal.

D'autre part, en collaboration avec le Parc national de Cévennes, elle a publié un guide sur la flore des Cévennes présentant plus de 500 espèces parmi les 2.200 présentes sur le Parc (Flore des Cévennes, Editions du Rouergue, juin 1998).

Littérature:

  •  Flore des Cévennes, Editions du Rouergue, juin 1998
  • Arbres, arbustes, herbes, et fleurs du Parc National des Cévennes.
  • Edition: PNC, 48400 Florac
  • Wild Flowers of Britain and Europe, A Field Guide to the ~
  • Thomas Schauer and C.Caspari ; William Collins Sons & Co Ltd, 1982
  • Pflanzen führer , BLV Verlagsgesellschaft mbH; 1978 München